vendredi 8 janvier 2016

Un fond de vérité

Le père Noël m'a offert (merci Kat!) ce formidable bouquin de Zygmunt Miloszewski, traduit du polonais par Kamil Barbarski.


Voilà ce qu'écrivait Télérama à propos de ce livre, véritable portrait de la Pologne contemporaine :
« Dans toute légende, il y a un fond de vérité », répètent les braves perroquets à qui on ne la fait pas. Ainsi de cette vieille affabulation d'enfants polonais rituellement sacrifiés par les Juifs qui suinte depuis des lustres des murs de la petite cité médiévale de Sandomierz, au sud de Varsovie. Le procureur Teodore Szacki, récemment débarqué de la capitale, en observe, effaré, la résurgence, quand le corps d'une femme vidée de son sang est découvert dans un buisson près de l'ancienne synagogue. À travers le regard sarcastique de son personnage, Zygmunt Miloszewski observe la montée de la peur et de la haine ancestrales, fouille les tréfonds de l'âme de ses compatriotes avec la minutie de l'entomologiste. Après Les Impliqués, premier volume de la série qui évoquait le passé totalitaire de la Pologne, voici Un fonds de vérité qui explore les racines de son histoire antisémite. La plume est vive, rapide, cruelle parfois, drôle toujours. L'auteur excelle dans l'humour noir et joue à merveille des codes et des ressorts du roman policier. Mais sa principale réussite tient peut-être à son personnage d'enquêteur, arrogant, contradictoire, agaçant et suffisamment indépendant et hargneux pour interroger et bousculer avec autant d'acuité l'histoire et la culture de son pays.
 Michel Abescat

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Chaise d’église ou de nourrice??

Christian

Jungle Jim a dit…

Avec son dossier terminé en accoudoir, ce siège bas ne peut être qu'un prie-dieu, redevenu à la mode en Pologne depuis que la dictature rouge des communistes a été remplacée par la dictature noire des curés...