dimanche 28 juin 2015

Couple...

du latin copula, liaison. Désigne deux choses de même espèce, prises ou considérées ensemble. Par analogie, se dit de deux êtres réunis par un sentiment ou un intérêt commun.

***

On a demandé à deux vieilles personnes mariées depuis plus de cinquante ans comment elles avaient fait pour rester si longtemps ensemble.
La femme a répondu :
- Voyez-vous, nous sommes nés à une époque où lorsque quelque chose se cassait, on la réparait. On ne jetait rien. 



vendredi 26 juin 2015

Dernier voyage en taxi d’une vieille dame


Un chauffeur de taxi new-yorkais raconte :
"Je suis arrivé à l’adresse et j’ai klaxonné. Après avoir attendu quelques minutes, j’ai klaxonné une nouvelle fois. Comme il s’agissait de ma dernière course de la journée, j'ai pensé partir, mais au final je me suis garé et puis je me suis dirigé vers la porte et j’ai frappé. 
- Juste une minute, a répondu une voix de personne âgée.
J’ai entendu quelque chose qui traînait sur le parquet. Après une longue pause, la porte s’ouvrit. Une vieille dame qui devait avoir dépassé les 90 ans se tenait devant moi. Elle portait une robe imprimée et un béret qui la faisaient ressembler à un personnage de film des années 1940. À côté d’elle il y avait une petite valise en carton. On aurait dit que personne n’avait vécu dans son appartement depuis des années. Tout le mobilier était recouvert de draps. Il n’y avait pas d’horloge sur le mur, pas de bibelots ni de souvenirs sur les étagères. Sur la table il y avait seulement une boîte en carton remplie de photos.
- Pourriez-vous porter mon bagage jusqu’à la voiture? me demanda-t-elle.
J’ai mis la valise dans le coffre de ma voiture, puis je suis retourné aider la dame. Elle prit mon bras et nous avons marché doucement vers le bord du trottoir. Elle n’arrêtait pas de me remercier pour ma gentillesse.
- Ce n’est rien, je lui ai dit. J’essaie seulement de vous traiter de la façon dont je voudrais que ma mère soit traitée.
- Oh, vous êtes un bon garçon, fit-elle.
Lorsque nous sommes arrivés dans la voiture, elle m’a donné une adresse, puis demanda :
- Pouvez-vous passer par le centre-ville?
- Ce n’est pas le plus court chemin, lui ai-je répondu.
- Oh, cela ne me dérange pas, dit-elle. Je ne suis pas pressée. Je me rends au centre de soins palliatifs.
J’ai regardé dans le rétroviseur. Ses yeux scintillaient.
- Je n’ai plus de famille, reprit-elle d’une voix douce. Le docteur dit que je n’en ai plus pour très longtemps.
J’ai discrètement arrêté le compteur.
- Quelle route voudriez-vous que je prenne? ai-je demandé.
Pendant les deux heures qui ont suivi, nous avons roulé à travers la ville. Elle m’a montré le bâtiment où elle avait travaillé comme secrétaire-comptable. Nous avons traversé le quartier où elle et son mari avaient vécu quand ils étaient jeunes mariés. Elle m’a fait arrêter devant un entrepôt de meubles qui était à l’époque une salle de bal où elle était allée danser quand elle était jeune fille. Parfois, elle me demandait de ralentir en face d’un bâtiment particulier ou dans un coin et restait le regard perdu, sans rien dire. Quand le soleil commença à rejoindre l’horizon, elle dit soudain:
- Je suis fatiguée j’aimerai que nous y allions maintenant.
Nous avons roulé en silence à l’adresse qu’elle m’avait donnée. C’était un petit édifice, comme une petite maison de retraite, avec un portique pour rentrer dans une allée. Deux infirmiers sont sortis et se sont dirigés vers le taxi. Ils étaient très attentionnés et surveillaient tous les mouvements de la vieille dame. Visiblement ils attendaient son arrivée. J’ai ouvert le coffre et porté la petite valise jusqu’à la porte.
La femme était déjà assise dans un fauteuil roulant.
- Combien vous dois-je? m’a-t-elle demandé, en ouvrant son sac.
- Rien, lui ai-je répondu.
- Vous devez gagner votre vie, répondit-elle.
- Il y aura d’autres passagers, ai-je répondu.
Presque naturellement, je me suis penché et l’ai prise dans mes bras. Elle me serra fort.
- Vous avez donné un petit moment de joie à une vieille dame, dit-elle. Je vous remercie.
Je lui ai serré la main, et me suis retourné. Derrière moi, une porte a claqué, c’était le bruit d’une vie qui se termine. Je n’ai pris aucun passager le reste de la soirée. J’ai conduit sans but perdu dans mes pensées.  Que se serait-il passé si cette femme était tombée sur un chauffeur énervé, ou quelqu’un d’impatient et pressé ? Et si j’avais refusé de prendre la course, et si j’étais parti sans attendre ? Après réflexion, je ne pense pas avoir fait quelque chose de plus important dans ma vie. Nous sommes conditionnés à penser que nos vies tournent autour de grands moments. Mais les grands moments sont souvent des jolis petits instants auxquels nous ne prêtons pas assez attention."
Kent Nerburn

mercredi 24 juin 2015

lundi 22 juin 2015

Eté...

Dans l'hémisphère Nord, l'été commence au solstice de juin (le 21 ou le 22) et se termine à l'équinoxe de septembre (22 ou 23)...





"Lumière profuse, splendeur. L'été s'impose et contraint toute âme au bonheur."
André Gide - Journal

vendredi 19 juin 2015

Barbelés...

Ensemble d'ouvrages en fil de fer garni de pointes disposées comme les barbes d'un épi.




jeudi 18 juin 2015

Tamanoir

(de tamanoa, mot caraïbe) Mammifère édenté communément appelé "grand fourmilier", qui peut atteindre plus de deux mètres, à longue queue en panache et à tête étroite dont la bouche sans dents est munie d'une langue effilée et visqueuse qui lui sert à capturer les fourmis dont il se nourrit.


mercredi 17 juin 2015

Déforestation

La déforestation correspond au déboisement de parcelles de forêt, suite à une surexploitation de la forêt ou afin de libérer des terres pour d’autres usages. Elle se concentre aujourd’hui dans trois bassins forestiers situés dans des pays tropicaux : l’Amazonie (Brésil), l’Indonésie et la république du Congo en Afrique centrale. 
 



lundi 15 juin 2015

Autoportrait...

"Curriculum-vitae"
Huile sur bois 60x48 cm (1985)
d'après "Triple self-portrait" de Norman Rockwell.




vendredi 12 juin 2015

Nouilles

La langue populaire emploie le mot nouille (généralement au pluriel) au sens de "pâtes alimentaires", macaronis, spaghettis, vermicelles, etc. 







jeudi 11 juin 2015

Escapade romaine - 6 Ciao !


L'escapade romaine prend fin. 


Ce fut un très-très beau voyage malgré la crainte des pickpockets et des problèmes de circulation. 
Ils sont fous ces romains ! Au volant, ils ne respectent rien, ni priorité, ni stop, ni feux oranges ou rouges et ils se garent n'importe comment, n'importe où... Et les flics laissent faire!... 
Je n'ai pas vu une seule Vespa. Les motos les ont remplacées et surtout les Smart dont le concessionnaire local doit faire fortune.





***



Arrivederci Roma !
De nos jours, on dit plutôt Ciao, mot utilisé aussi bien pour dire "bonjour" ou "au revoir". C'est d'ailleurs avec pizza le mot italien le plus connu au monde. 
Ciao aurait pour origine sciava, mot issu du latin médiéval sclavus, "esclave", que les Vénitiens auraient transformé jadis en serva vostra, "je suis votre serviteur", une salutation respectueuse, l'équivalent du serwus polonais...
Ciao!

mercredi 10 juin 2015

Escapade romaine - 5 Tivoli


L'ancienne Tibur, située à une trentaine de kilomètres de Rome, où l'empereur Hadrien, cher à Marguerite Yourcenar, avait fait construire la villa Hadriana, la plus vaste et la plus riche des villas de l'époque impériale.

villa hadriana


Tivoli est également célèbre pour la villa d'Este, ancien couvent bénédictin transformé au XVI° siècle pour le cardial Hippolyte d'Este, où jardins et fontaines grandioses proposent aux visiteurs, de terrasse en terrasse, une suite de jeux d'eau et de perspectives.









mardi 9 juin 2015

Escapade romaine - 4 La Rome chrétienne

Le Vatican 


Je n'avais encore jamais vu une telle foule. C'est par milliers que les touristes piétinaient, dès huit heures du matin, à l'entrée des musées du Vatican, plus petit État du monde et centre spirituel de la religion chrétienne.




C'était encore pire à la chapelle Sixtine envahie de visiteurs de toutes nationalités dont de très nombreux Chinois et Japonais. C'est dans cette chapelle Sixtine que depuis le XV° siècle, les cardinaux se réunissent en conclave pour élire le nouveau pape... 
Pas facile d'admirer les fresques de Michel-Ange évoquant les scènes bibliques, de la création au déluge, tant on est bousculé et pressé vers la sortie...
Il m'aurait fallu une paire de jumelles pour admirer, au plafond, la célèbre "Création d'Adam". Elle mesure pourtant 280×570 cm mais tout là-haut, on croirait un timbre-poste...


Dans la basilique San Pietro, bâtie sur le site du supplice et du tombeau de saint-Pierre, il y avait encore un monde fou notamment devant la Pietà de Michel-Ange et le tombeau de Jean-Paul II.



  



Et toujours la foule sur la fameuse place St-Pierre au centre de laquelle se dresse l'obélisque.





En quittant le Vatican, j'ai aperçu deux gardes Suisses, ...


... mais je n'ai pas rencontré le pape. Je me contenterai d'une carte postale...




On dit qu'il y a à Rome autant d'églises que de jours dans une année. Après Saint-Pierre, les plus importantes étant les trois basiliques majeures, Saint-Jean de Latran, le premier édifice religieux chrétien construit en Occident et devenu cathédrale de l'évêque de Rome, Saint-Marie Majeure, propriété du Vatican, la plus ancienne église romaine consacrée à la Vierge, et Saint-Paul-hors-les-Murs.

San Giovanni in Laterano


Statue de saint-Pierre - St Jean de Latran

Santa Maria Maggiore