jeudi 28 février 2013

Samoa




Dans une vieille caisse en bois 
Qui vient de Samoa 
Je vais faire un trois mâts 
Après quoi je trouverai une fille à aimer 
Qui partout me suivra 

Le tour du Monde, Jean-Claude Darnal







"Les îles Samoa en plein cœur du Pacifique Sud, situées entre Tahiti et La Nouvelle-Calédonie, furent découvertes en 1722 par le néerlandais Jacob Roggeven. Elles reçurent d'illustres voyageurs, tels La Pérouse et Bougainville qui leur donnera le nom d'Îles des navigateurs. Contraste frappant entre le sable, d'un blanc éblouissant et les palmiers vert profond qui se penchent sur la plage dans une douce caresse. Par-ci par là, les rochers de lave noire émergent des eaux émeraude comme de fantastiques silhouettes. Visions uniques. Inoubliables. Les Américains d'Hollywood ne s'y sont pas trompés, ils y sont venus maintes fois tourner de nombreux films qui ont fait rêver le monde entier. La route qui mène de l'aéroport à Apia, la capitale, est une des plus étonnantes au monde. Le lagon et ses églises toutes proches rivalisent de beauté. Lorsqu'il arriva devant les femmes de ces lieux enchantés et leurs falés traditionnels ouverts à tous vents, le navigateur Rupert Brooke s'exclama : C'est donc vrai tout ce qu'on raconte sur les mers du Sud, ces beautés samoanes marchent comme des déesses... Pour les samoans, cela ne fait aucun doute, l'Eden avait son emplacement dans ici. L'image de la Génèse, apportée par les premiers missionnaires chrétiens, s'adapte parfaitement au sentiment des autochtones qui pensaient que cet endroit faisait partie du paradis terrestre. Les Samoa Occidentales, indépendantes depuis 1962, comportent deux grandes îles : UPULU et SAVAII et entre les deux, les Îlots enchanteurs d'Apolima et Manono. Sur Upulu est située la capitale Apia. Une ville d'autrefois, avec ses maisons coloniales en bois, ses vérandas et ses bords de mer que les familles de samoans envahissent les jours de marché. Les boutiques y sont ouvertes 24 H sur 24 H et l'on y échange et l'on vend de tout. Mais c'est surtout un endroit où l'on mange, où l'on dort, où l'on cause. Visiter l'île d'UPOLU, c'est d'abord s'attarder dans les villages d'une propreté toujours méticuleuse. Partout, les falés sont groupés en demi-cercle autour de la pelouse semée de fleurs éclatantes. L'habitation est composée d'un toit végétal reposant sur des piliers disposés en ovale. Chacun de ces piliers a un rôle social et pendant la cérémonie du kava, chaque assistant s'assied au pied d'un pilier déterminé ; toute l'ordonnance et tout l'enchantement de la cérémonie serait sinon rompu. Les parois de ces falés sont faites de nattes mobiles destinées à protéger les occupants des rayons du soleil. Mais les trois quarts du temps, ces nattes sont relevées et la vue plonge sans entrave sur la femme occupée aux tâches quotidiennes et cela ne gène pas le moins du monde les occupants. La grand mère est étendue sur une natte et les enfants jouent en riant aux éclats. Ils courent vers vous dés qu'ils vous aperçoivent pour le plaisir de figurer sur une photographie. Toute la vie de la famille se déroule à la vue de tous. Un contraste frappant, en comparaison des villages africains et même métropolitains ! Où l'existence se passe en huis clos à l'abri de tous les regards. À tort ou à raison, les samoans attribuent cette façon de vivre à un sens très communautaire et à l'harmonie qui règne dans les îles."

2 commentaires:

Anonyme a dit…

as tu connu ce pays de rêve?
Christian

Jungle Jim a dit…

à Christian,
Je ne m'y suis arrêté qu'une fois en 1967 en transit entre Tahiti et l'Australie. Je bossais à n'allais malheureusement pas dans le coin en touriste...