jeudi 28 février 2013

Réclame Martini












Avec Martini, Martini, Martini 
 Le monde entier chante et sourit 
Y a rien d'meilleur qu'un vrai Martini (bis) 
Et si vous voulez régaler vos amis 
Offrez un Martini ! ♫ 
(sur l'air de "A la Martinique, Martinique, Martinique")
 

Samoa




Dans une vieille caisse en bois 
Qui vient de Samoa 
Je vais faire un trois mâts 
Après quoi je trouverai une fille à aimer 
Qui partout me suivra 

Le tour du Monde, Jean-Claude Darnal







"Les îles Samoa en plein cœur du Pacifique Sud, situées entre Tahiti et La Nouvelle-Calédonie, furent découvertes en 1722 par le néerlandais Jacob Roggeven. Elles reçurent d'illustres voyageurs, tels La Pérouse et Bougainville qui leur donnera le nom d'Îles des navigateurs. Contraste frappant entre le sable, d'un blanc éblouissant et les palmiers vert profond qui se penchent sur la plage dans une douce caresse. Par-ci par là, les rochers de lave noire émergent des eaux émeraude comme de fantastiques silhouettes. Visions uniques. Inoubliables. Les Américains d'Hollywood ne s'y sont pas trompés, ils y sont venus maintes fois tourner de nombreux films qui ont fait rêver le monde entier. La route qui mène de l'aéroport à Apia, la capitale, est une des plus étonnantes au monde. Le lagon et ses églises toutes proches rivalisent de beauté. Lorsqu'il arriva devant les femmes de ces lieux enchantés et leurs falés traditionnels ouverts à tous vents, le navigateur Rupert Brooke s'exclama : C'est donc vrai tout ce qu'on raconte sur les mers du Sud, ces beautés samoanes marchent comme des déesses... Pour les samoans, cela ne fait aucun doute, l'Eden avait son emplacement dans ici. L'image de la Génèse, apportée par les premiers missionnaires chrétiens, s'adapte parfaitement au sentiment des autochtones qui pensaient que cet endroit faisait partie du paradis terrestre. Les Samoa Occidentales, indépendantes depuis 1962, comportent deux grandes îles : UPULU et SAVAII et entre les deux, les Îlots enchanteurs d'Apolima et Manono. Sur Upulu est située la capitale Apia. Une ville d'autrefois, avec ses maisons coloniales en bois, ses vérandas et ses bords de mer que les familles de samoans envahissent les jours de marché. Les boutiques y sont ouvertes 24 H sur 24 H et l'on y échange et l'on vend de tout. Mais c'est surtout un endroit où l'on mange, où l'on dort, où l'on cause. Visiter l'île d'UPOLU, c'est d'abord s'attarder dans les villages d'une propreté toujours méticuleuse. Partout, les falés sont groupés en demi-cercle autour de la pelouse semée de fleurs éclatantes. L'habitation est composée d'un toit végétal reposant sur des piliers disposés en ovale. Chacun de ces piliers a un rôle social et pendant la cérémonie du kava, chaque assistant s'assied au pied d'un pilier déterminé ; toute l'ordonnance et tout l'enchantement de la cérémonie serait sinon rompu. Les parois de ces falés sont faites de nattes mobiles destinées à protéger les occupants des rayons du soleil. Mais les trois quarts du temps, ces nattes sont relevées et la vue plonge sans entrave sur la femme occupée aux tâches quotidiennes et cela ne gène pas le moins du monde les occupants. La grand mère est étendue sur une natte et les enfants jouent en riant aux éclats. Ils courent vers vous dés qu'ils vous aperçoivent pour le plaisir de figurer sur une photographie. Toute la vie de la famille se déroule à la vue de tous. Un contraste frappant, en comparaison des villages africains et même métropolitains ! Où l'existence se passe en huis clos à l'abri de tous les regards. À tort ou à raison, les samoans attribuent cette façon de vivre à un sens très communautaire et à l'harmonie qui règne dans les îles."

mercredi 27 février 2013

Tusitala

C’est le nom signifiant "Le Raconteur d’histoires", que les indigènes des îles Samoa avaient donné à Robert-Louis Stevenson.


Ecrivain écossais (1850-1894) et grand voyageur, Stevenson se fit remarquer dès ses premiers ouvrages, Voyage avec un âne dans les Cévennes (1879), Les nouvelles mille et une Nuits (1882) puis connut un immense succès avec L’Ile au trésor (1883) et L’Étrange Cas du Docteur Jekyll et M. Hyde (1886). 
En 1890, victime d'un grave emphysème pulmonaire, l'écrivain fuyant les mœurs victoriennes de l’Ancien Monde et un climat néfaste à sa santé, s'installa avec sa femme Fanny à Vailima, un domaine d’une vingtaine d’hectares, près d’Apia sur l'île d'Upolu, dans l'archipel des Samoa occidentales. 
Il y vivra les derniers temps de sa vie et écrira là ses derniers livres, dont des documentaires sur les iles du Pacifique et des articles de presse dans lesquels il défendait les indigènes dont la civilisation le fascinait contre les puissances coloniales passablement corrompues et une firme allemande qui voulait s'emparer du marché de la noix de coco. 
A sa mort, Stevenson sera enterré selon son désir face à la mer au sommet du mont Vaea un site grandiose surplombant Vailima et la rade d’Apia. Lors de ses obsèques, plusieurs centaines de Samoans se relayèrent pour porter sa dépouille jusqu’à sa dernière demeure. 


Sa tombe porte en épitaphe les premiers vers de son poème Requiem composé en 1884 : 
Under the wide and starry sky, (Sous le vaste ciel étoilé,)
Dig the grave and let me lie, (Creuse la tombe et laisse moi en paix,)
Glad did I live and gladly die, (Heureux ai-je vécu et heureux je suis mort)
And I laid me down with a will. (Et me suis couché ici volontairement.)
.

France O a eu dernièrement la bonne idée de rediffuser l’excellent téléfilm Les Aventuriers des mers du Sud en deux épisodes Le falé* Stevenson et Gratitude (2005) avec Stéphane Freiss (Robert Louis Stevenson), Jane Birkin (Fanny Stevenson) et Géraldine Chaplin (la mère de Stevenson). 



* falé : demeure samoane traditionnelle

mardi 26 février 2013

Alzheimer


Alois de son prénom. Ce psychiatre allemand (1864 – 1917) a donné son nom à une maladie neurologique dégénérative qui commence, à un certain âge, par des troubles de mémoire. 

Un vieux monsieur fréquente le même club du troisième âge qu'une veuve qu'il aime secrètement. Un jour, prenant son courage à deux mains, il la demande en mariage et elle accepte avec enthousiasme. Le lendemain le vieux monsieur lui téléphone :
- Ce que j'ai à vous dire est un peu embarrassant. Hier je vous ai demandé en mariage, et je ne me souviens pas si vous m'avez répondu oui ou non... 
- Oh, comme je suis contente que vous m'appeliez ! Je me souvenais d'avoir dit oui, mais je ne savais plus à qui !

lundi 25 février 2013

Baguettes chinoises

C'est l'ustensile principal utilisé pour manger en Chine, en Corée, au Japon, à Taïwan, et au Vietnam. 





Rien à voir avec cette baguette chinoise-là...
 

Dubaï

(ou Doubaï, Dibay ou Dubayy, comme vous voudrez...)
C'est l’une des 7 principautés de l’Etat des Emirats Arabes. Elle a pour souverain Mohammed bin Rashid al Macktoum…

(Il n'a pas l'air commode...)

 … qui a succédé en 2006 à son frère ainé dont les pur-sang ont remporté les plus grands classiques sur toutes les pistes de galop du globe. 


Grâce aux pétrodollars, Dubaï s’est considérablement métamorphosée en quelques décennies : 

Dubaï en 1991...
... le même endroit en 2006

Port Rashid, le plus grand port artificiel du monde… 


… où le sheik Macktoum peut amarrer son rafiot estimé à plus de 300 millions de dollars. 


Dubaï Internet City, zone franche unique au monde ouverte en l’an 2000 pour le commerce électronique.


Le Burj al Arab, l’hôtel le plus luxueux et le plus étoilé du monde (7 étoiles…) 


Le Burj Khalifa, l’immeuble le plus haut du monde...


L'aéroport international...


.
... sans oublier les célèbres Palm Islands… 


C’est là qu’il faut aller passer sa retraite… 

samedi 23 février 2013

Iwo-Jima



Ce film d’Allan Dwan (1949) figure en bonne place dans la liste de mes films préférés.



Iwo Jima raconte l'histoire de l'une des batailles les plus sanglantes de la campagne du Pacifique durant la Seconde Guerre mondiale.
L
a musique du film restée gravée dans ma mémoire rappelle l'air martial de l'hymne des Marines.





La photo ci-dessus a été prise le 23 février 1945 au sommet du mont Suribachi à Iwo Jima pour immortaliser la reconquête du Pacifique par les Américains. 

En 2006, Clint Eastwood a réalisé une version cinématographique d'Iwo Jima en deux parties : la bataille du point de vue américain "Mémoires de nos pères"...


... et la bataille du point de vue japonais "Lettres d'Iwo Jima". 


vendredi 22 février 2013

Bonne nuit !



Zofia Stryjenska

Zofia Stryjenska (Cracovie 1891 - Genève 1976) dont les œuvres étaient inspirées du folklore, était surnommée "la princesse de la peinture polonaise".