jeudi 31 janvier 2013

Pangramme


Le mot "pangramme" devrait se situer entre "pangolin" et "panhellénique" dans les dictionnaires, mais il y est souvent introuvable...
Il vient du grec pan, "tous" et gramma, "lettre" et désigne donc une phrase comportant toutes les lettres de l’alphabet comme la célèbre "Buvez de ce whisky que le patron juge fameux" ou sa petite sœur "Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume".
Chez les British, c'est "The quick brown fox jumps over the lazy dog".
Vous me direz que ça ne sert pas à grand chose...
Pourtant, toutes les apprenties dactylos utilisaient des pangrammes pour tester les claviers de leurs machines à écrire.


Et aujourd'hui, le pangramme "voix ambiguë d'un cœur qui au zéphyr préfère les jattes de kiwis" sert à présenter les polices de caractères sur certains ordinateurs.



Comme dirait l'autre, un homme AZERTY en vaut deux...

Le karité


Extrait d'une amande tirée du noyau du fruit du karité, arbre de 10 à 15 mètres de hauteur qui pousse à l’état sauvage dans la savane, le beurre de karité est un produit à la mode en cosmétologie.

Publicité gratuite...

Riche en acide gras essentiel et en vitamines A, E et F, ce produit "miracle" pour la peau est utilisé depuis toujours en Afrique de l'Ouest. 
Le beurre de karité que l'on trouve dans le commerce est parfaitement inodore, contrairement à ce qu'écrivait en 1929 Albert Londres dans "Terre d'ébène" :
« Les femmes étaient accroupies devant les petits tas de choses qu'elles avaient à vendre, trois morceaux de sucre, quatre bananes, six noix de kola, une calebasse de lait, cinq ou six mille mouches... des petites boules noires comme des crottes de chèvre, d'autres boules, celles-là blanchâtres et d'où montait une odeur qui est celle de toute l'Afrique. C'était l'odeur du beurre de karité. Aucun puits perdu, aucune bouche, soit d'égout, soit d'évier, ne vous donnera une idée de cette odeur-là. Si boucané que vous soyez, vous tomberez inanimé à la moindre vague de beurre de karité. C'est une odeur que l'on pourrait appeler à crochet, car elle plonge en vous et vous décroche le cœur ! Ce beurre végétal se met à toutes les sauces. Il sert à la cuisine, à la toilette. Il graisse les plats, lubrifie les peaux. Plus la peau brille au soleil, plus la femme est séduisante. Le malheur est que la coquette sent d'aussi loin qu'elle brille. »








lundi 28 janvier 2013

Notre-Dame du Nil


Je viens de terminer la lecture de ce roman (encore merci au père Noël !) qui a pour cadre un lycée de jeunes filles du Rwanda, perché sur une crête près des sources du grand fleuve égyptien. 
Dans ce pensionnat isolé, on trouve une majorité d’élèves Hutus et quelques Tutsis dont certains pensent que l’ethnie descend des pharaons noirs de Méroé.
Prélude au génocide rwandais, le livre décrit un huis-clos où doivent vivre ces lycéennes bientôt encerclées par les nervis du pouvoir hutu. Amitiés, désirs, haines, luttes politiques, incitations aux meurtres raciaux, persécutions etc, le lycée devient un microcosme existentiel fascinant de vérité.

Née en 1956 au Rwanda, l'auteure Scholastique Mukasonga est une rescapée du massacre des Tutsis de 1994 où elle  a perdu vingt-sept membres de sa famille, dont sa mère. 


J’ai beaucoup aimé le bouquin.

Dans Histoire du Congo Belge de Louis Frank, on peut lire qu’à l’époque où la région du Ruanda-Urundi avait été confiée par mandat à la Belgique par la Société des Nations, les Tutsis (on disait alors Watuzi)...


... qui constituaient une classe aristocratique de fière allure dont la domination s'appuyait sur la propriété de troupeaux de bêtes à cornes, étaient au nombre de deux cent mille pour une population totale de quatre millions de Hutus.

On sait ce que ça a donné par la suite…

dimanche 27 janvier 2013

Souvenirs de Djibouti


Lorsque j’ai séjourné à Djibouti, port d’escale pour les navires passant par le canal de Suez, c’était encore la Côte Française des Somalis qui prendra en 1967 le nom de Territoire des Afars et des Issas. Je me souviens surtout d'une chaleur accablante et de commerçants grecs, arabes ou yéménites plus ou moins trafiquants et contrebandiers. (Aden se trouve juste en face...)







Tonnerre de Brest

Pourquoi dit-on tonnerre de Brest? se demandait Marcel Proust dans Sodome et Gomorrhe.
Nombreux sont ceux qui pensent que l’origine du juron favori du capitaine Haddock...


... viendrait d’orages violents qui se déchaîneraient régulièrement sur le Finistère. 


Mais les orages et le tonnerre qui l’accompagne ne sont pas plus virulents dans la rade de Brest, formidable abri naturel relié à l’Océan par un étroit goulet, que partout ailleurs en Bretagne. 

Alors pourquoi tonnerre de Brest ?
L’expression viendrait des coups de canon tirés depuis l’arsenal de Brest au centre duquel un bagne avait été construit en 1750. 


Ces tirs qui retentissaient comme des coups de tonnerre signalaient l’évasion d’un bagnard. Les habitants, marins, pêcheurs ou paysans s’armaient alors et partaient à la recherche du fugitif, une récompense leur étant promise s’ils trouvaient l’évadé. 


Avec mon amical souvenir à René Marin.

vendredi 25 janvier 2013

Rentabilité

Mot dérivé du latin reddita « somme rendue ». 
Aptitude à fournir des profits, à produire une rente, un bénéfice, un revenu supplémentaire.

Le rêve


La réalité 

Croix du Sud


Nom donné à une constellation de l’hémisphère austral, dessinée par quatre étoiles brillantes, dont la grande branche est orientée vers le pôle Sud.
"Il est tard, il est minuit; la Croix-du-Sud est droite sur l'horizon."
Bernardin de St Pierre - Paul et Virginie.
C'était le nom de l'hydravion, un Latécoère 300, à bord duquel Mermoz et ses coéquipiers ont disparu en mer en 1936.



C'est aussi le nom donné à des hôtels en Afrique...







... et c'est enfin des pendentifs appelés également croix d'Agadez.




jeudi 24 janvier 2013

L’annulaire

C'est le quatrième doigt de la main. 


On l'appelle ainsi car c'est le doigt sur lequel on porte le plus souvent les anneaux et les bagues, et notamment l'alliance, symbole du mariage. 
Mais pourquoi l'alliance se porte-t-elle sur ce doigt ? 
Selon les Chinois le pouce représente nos parents, l’index représente nos frères et sœurs, le majeur nous représente, l’annulaire représente notre conjoint et l’auriculaire représente nos enfants. 
Petite démonstration : 
Premièrement, ouvrez vos mains (face a face). Pliez les majeurs et tenez les ensemble, dos à dos comme le montre cette photo. 


Ensuite, ouvrez et tenez ensemble les autres doigts et le pouce bout a bout. 
A présent, essayez de séparer vos pouces (qui représentent les parents). Ils s'ouvriront parce que nos parents partiront un jour. 
Ensuite, séparez vos index (qui représentent nos frères et sœurs). Les index vont également s’ouvrir car nos frères et sœurs doivent faire leur vie ailleurs. 
Maintenant, séparez vos auriculaires (qui représentent nos enfants). Les auriculaires vont s'ouvrir parce que les enfants devront aussi partir un jour. 
Et enfin, essayez de séparer vos annulaires (qui représentent votre conjoint). 
Vous ne pouvez pas !
Car selon les Chinois, mari et femme doivent rester ensemble toute leur vie, quoi qu’il arrive… 

Étonnant, non ?

mardi 22 janvier 2013

Pacotille

Dans l’ancien droit maritime, c’était la marchandise qui, ne payant pas de fret, était embarquée par le capitaine, les hommes d'équipage ou les passagers, dans le but de faire du commerce pour leur propre compte.

« Les matelots étalaient leurs pacotilles au pied des palmistes: une forêt muette et solitaire se changeait, une fois l'an, en un marché bruyant et peuplé. » 
(Chateaubriant, Mémoires d’Outre-Tombe)

Par extension, pacotille a désigné un assortiment de marchandises hétéroclites destinées à l'échange, au commerce outre-mer, notamment avec les roitelets d’Afrique noire.


« Dans nos pacotilles d'objets pour échanges avec les sauvages, il y avait une grande quantité de parapluies, presque autant que des colliers de chiens. » 
 (A. Daudet, Port-Tarascon).




lundi 21 janvier 2013

Tics de langage

Je ne supporte pas les hommes politiques, journalistes et autres commentateurs de la radio ou de la télé qui émaillent leurs phrases de l’interrogation "pourquoi" immédiatement suivie de la locution  "parce que" (qu’ils prononcent d’ailleurs très souvent "pasque"). 


C’est horripilant, tout comme "en fait" que l’on entend à tout bout de champ…

samedi 19 janvier 2013

La pluie







Tirelire

Le mot viendrait d’une onomatopée désignant le chant de l’alouette, probablement à cause du bruit que font les sous quand on secoue la tirelire, petit récipient de forme variée  percé d’une fente par où on introduit des pièces de monnaie. 




vendredi 18 janvier 2013

Visage

Du latin visus, aspect, apparence. C’est la partie antérieure de la tête de l’homme. Ce mot appartient plus à la langue littéraire qu’à la langue parlée qui généralement lui préfère figure, tête, frimousse, minois, binette, bobine, bouille, trombine, tronche ou gueule…

Nous jugeons souvent les autres à leur visage qui reflète pleinement la personnalité de chacun


"A partir de 40 ans, on a la gueule qu’on mérite", dit la sagesse des nations… 



jeudi 17 janvier 2013

André Kohn

Né à Stalingrad en 1972 d’une mère violoniste et d’un père officier dans l’armée rouge, André Kohn a étudié l’art plastique à Moscou avant de s’installer en 1993 aux Etats-Unis quand son père décida de fuir la Russie.
Kohn connaitra rapidement le succès dans son pays d’adoption. Ses œuvres sont aujourd’hui exposées dans les principales galeries américaines.
Il affectionne la couleur rouge que l’on retrouve dans la plupart de ses tableaux,…






… ainsi que les parapluies.