vendredi 28 décembre 2012

Philtrum

Si les dictionnaires courants définissent le mot “philtre” (du latin philtrum) comme étant un breuvage magique propre à inspirer l’amour, rares sont les ouvrages qui parlent du “philtrum”, nom donné à cette sorte de gouttière que nous avons tous entre la base du nez et le milieu de la lèvre supérieure. 



Les Anciens prétendaient que cette petite rigole serait la trace du doigt qu’un ange aurait posé sur les lèvres des nouveaux-nés pour qu’ils taisent tous les secrets qu’ils auraient appris dans une autre vie. D’ailleurs, pour dire “chut”, ne pose-t-on pas le doigt devant la bouche ? 



Des savants ont une explication plus sérieuse :
 “Le philtrum est un organe vestigial. Lors du développement du fœtus, la lèvre supérieure est en réalité constituée de deux demi-lèvres qui finissent par se rejoindre pour se souder. Lors d'accidents du développement du fœtus, il arrive quelquefois que des enfants naissent avec un trou à la place du philtrum, et on appelle cela un « bec-de-lièvre ». Cela nous renseigne sur l'évolution de la bouche des mammifères : si vous observez la lèvre supérieure de la bouche des dromadaires, des chameaux, des lamas, par exemple, il est facile de constater qu'elle est fendue en son milieu et que les deux moitiés de lèvres bougent indépendamment l'une de l'autre, permettant ainsi une meilleure préhension lors du broutage. Évidemment, la bouche des primates a évolué par rapport au régime alimentaire : bien que nous soyons des mammifères, nous ne broutons pas et nous ne sommes pas des ruminants. L'usage de la double lèvre s'est perdu, nous n'en avons en quelque sorte plus besoin, mais le philtrum est un témoignage de notre appartenance aux mammifères, tout comme le coccyx, vestige d'une queue qu'avaient nos lointains ancêtres."


Avec mes remerciements à Léa.


Aucun commentaire: